Close
  • Sentier histoire et nature de Sonvico
  • Sentier histoire et nature de Sonvico
  • Sentier histoire et nature de Sonvico
  • Sentier histoire et nature de Sonvico
  • Sentier histoire et nature de Sonvico
  • Sentier histoire et nature de Sonvico
  • Sentier histoire et nature de Sonvico
  • Sentier histoire et nature de Sonvico
  • Sentier histoire et nature de Sonvico
  • Sentier histoire et nature de Sonvico
  • Sentier histoire et nature de Sonvico
  • Sentier histoire et nature de Sonvico

Itinéraires thématiques – Sentier histoire et nature de Sonvico

Etappe 21: La châtaigneraie de Pian Piret

On se trouve dans une plantation de châtaigniers à fruits telle qu’on la cultivait autrefois.

Le châtaignier n’est pas un arbre indigène, il fut introduit dans nos régions par les Romains au début de l’ère chrétienne. Cet arbre a eu une importance énorme par le passé, comme source d’alimentation et comme matière première au point qu’il est consideré comme “l’arbre” par excellence.

Au cours des années, le Châtaignier a perdu son rôle primordial du point de vue alimentaire et économique. Déjà au milieu du siècle dernier, le passage à la culture du maïs a marqué la fin de l’exploitation de cet arbre. L’état d’abandon dans lequel se trouvent les châtaigneraies aujourd’hui a favorisé l’installation d’espèces indigènes, telles que le Tilleul, le Hêtre, le Frêne et le Bouleau.

La forêt de châtaigniers n’abrite que ces derniers, les arbres sont bien espacés. Ainsi le sol reçoit suffisamment de lumière pour développer une couche herbeuse destinée au pâturage. Les arbres sont des variétés greffées: sur certains exemplaires si on observe avec attention, on peut encore voir la fissure du greffon. On choisissait de greffer des variétés différentes. Chacune avait un emploi particulier: les châtaignes plus petites étaient moulues pour en faire de la farine panifiable, d’autres étaient séchées et d’autres encore consommées fraîches. Récemment 120 variétés de châtaignes ont été recensées au Tessin !

On taillait les arbres pour stimuler la croissance de nouvelles branches et obtenir du bois de menuiserie et de chauffage. La taille se faisait à une hauteur telle que le bétail ne puisse pas atteindre les bourgeons. La forme et la structure particulières des châtaigniers des forêts sont précisément liées à cette pratique.

Cette arboriculture traditionnelle permettait une récolte de fruits  qui nourrissaient les villageois pendant plus de six mois , du bois de chauffage et du fourrage pour les litières des animaux. Rien de ce que le châtaignier produit n’était gaspillé

  1. Excursions connexe

    Sentier histoire et nature de Sonvico
    Etappe 1: Puits et “Riaron”
    Etappe 2: Maison de justice
    Etappe 3: Gràad
    Etappe 4: Cassinél
    Etappe 5: Forêt mixte de feuillus
    Etappe 6: Curiosités géologiques
    Etappe 7: Moulin et pont
    Etappe 8: La clairière
    Etappe 9: Le torrent Franscinone
    Etappe 10: Lavoir
    Etappe 11: Les oiseaux du bois
    Etappe 12: La vallée d’érosion du Franscinone
    Etappe 12: Eau et énergie
    Etappe 13: La lisière du bois de franc-bord
    Etappe 14: Refuge pour la transfomation du lait
    Etappe 15: Four pour la production de la chaux
    Etappe 16: La zone rurale
    Etappe 17: La zone humide de “Canéed”
    Etappe 18: Place charbonnière
    Etappe 19: Terrains en terrasse
    Etappe 20: Madonna d'Arla
    Etappe 22: Hêtraie
    Etappe 23: Rocher creusé de coupelles
    Etappe 23: Denti della Vecchia
    Etappe 24: R’Alborón
    Etappe 25: Oratoire de San Martino
    Etappe 26: Le village de Sonvico
    Etappe 27: Pressoir à noix
    Etappe 28: Eglise Saint Jean-Baptiste

  2. Comment arriver

    Les lignes de bus régionales luganaises (Autolinee Regionali Luganesi) couvrent le trajet Lugano – Sonvico; du Val Colla on peut arriver à Sonvico en empruntant le car postal en parcourant le trajet Tesserete – Sonvico.

    Voyage avec les transports publiques!

  3. Signalisation de direction

    Sonvicosentierostorico Adesivo

  4. Download